Meet the Maker : Mon Petit Bazar

Dans la rubrique Meet the Makers, on termine l’année en beauté car nous avons le plaisir d’accueillir Karen, alias Mon Petit Bazar ! Nous la suivons depuis plusieurs années maintenant, nous la croisons sur les salons et nous sommes ravis de vous la présenter car on adore son univers élégant, sobre et dynamique ! Allez, on vous laisse avec Karen, elle a répondu à toutes nos questions… :)

  • Peux-tu te présenter en quelques mots ?

Maman de deux garçons, habitant dans la banlieue toulousaine, j’essaie de profiter au maximum de mes journées, en jonglant entre le boulot, la famille et les amis !

Ingénieur la journée, je traque toutes les minutes libres de mon planning pour ‘jouer’ avec mes perles, coupons de tissus ou aiguilles à tricoter. L’ennui ? Je ne le connais pas, nous n’avons jamais été présentés !

  • Tu es une créatrice touche à tout ! Bijoux, tricot, couture… Qu’est-ce que tu préfères dans le DIY ? Comment t’es venue cette passion ?

Je crois que je suis tombée dans la marmite quand j’étais petite… d’aussi loin que je me souvienne (et j’ai une bonne mémoire parasitée de détails inutiles), j’ai toujours eu une paire de ciseaux, un tube de colle, ou un petit bout de fil à la main… ma mère dit que le goût pour le DIY a sauté une génération et que je tiens ça de ma grand-mère, aussi bonne cuisinière que couturière !

  • Tu as des journées bien remplies entre ton boulot et tes enfants… Quand trouves-tu le temps de créer ? Et où puises-tu ton énergie ?

Pour moi, avoir des journées bien chargées aide justement à mieux s’organiser : en étant obligé de tout planifier, il est plus simple de structurer le temps qu’on accorde aux loisirs créatifs. Pour l’inspiration, c’est sous la douche que ça tombe (d’ailleurs, la famille est habituée à me voir traverser la maison enroulée dans une serviette, à la recherche d’un crayon et d’un bout de papier). Pour ce qui est de la réalisation, j’ai choisi de pratiquer uniquement des activités qui peuvent être mises de côté à tout moment… en fin de compte, il est facile de caler une rangée de mailles, une ligne de couture ou de tissage à n’importe quel moment de la journée (ça n’étonne d’ailleurs plus mon entourage, collègues compris, de me voir me promener avec mon sac à tricot !)

  • Ton univers est très élégant et dynamique. Qu’est ce qui t’inspire au quotidien et te donne envie de créer ?

Tout… rien… je ne saurais dire… je pense que mon univers est le reflet d’un héritage familial avec un goût prononcé pour les jolies choses. J’ai récemment appris que mon arrière-grand-mère était toujours endimanchée quand elle allait travailler à l’usine, avec sa paire de gants blancs brodés.

Evidemment, même si je n’ai pas trop de temps pour les consulter, Internet ou les magazines sont des sources d’inspirations non négligeables : on retient toujours des éléments par-ci, par-là, pour se forger notre propre univers.

Mais surtout, comme je suis très sensible aux matières et aux couleurs, les idées peuvent aussi venir d’une façade d’immeuble, d’une harmonie de teinte d’un paysage ou d’un dessin d’enfant…

  • As-tu un domaine de prédilection dans tout ce que tu créés?

En fait, je ne me considère pas comme créatrice, mais comme bidouilleuse : je n’ai inventé aucune technique, je ne fais que de l’interprétation personnelle de ce qui existe déjà. C’est pourquoi le terme DIY me convient très bien !

Je n’ai pas de domaine de prédilection, même si je surfe entre couture, tricot et perles : j’aime tout dans la mesure où on doit partir d’une matière brute pour arriver à un résultat fini après transformation. Et j’aime surtout approfondir, comprendre les techniques pour devenir autonome et réaliser mes propres modèles. 

  • As-tu un conseil à donner à quelqu’un qui débute en DIY ?

Le meilleur moyen de commencer une activité est de discuter avec des personnes qui la pratiquent déjà : toute activité DIY est contagieuse !

Que ce soit par le biais des salons de loisirs créatifs, d’une boutique à côté de chez soi, d’une copine déjà accro, ou des réseaux sociaux, il existe une multitude de moyens pour ne pas rester seul mais débuter en étant aidé et guidé. Et ensuite, l’émulation fera le reste…

  • Quel est le projet dont tu es la plus fière ?

N’importe quel projet couture pour lequel on me pose la question « oh, mais tu l’as acheté où ? »… là, je me dis que je ne me suis pas trop mal débrouillée ! C’était récemment le cas pour une robe réalisée avec un patron de chez Aime comme Marie : c’est toujours gratifiant d’arriver au bureau avec ses propres cousettes sur le dos !

  • A l’inverse, est-ce que tu as connu des loupés ? Un exemple ?

Oui plein !!! surtout en tricot, à l’époque où je débutais tout en ne prenant pas le temps de faire un échantillon (bon, je reconnais que je ne fais toujours pas d’échantillon, mais je connais maintenant d’avantage ma façon de tricoter). Un bel exemple a été un bonnet pour Gaspar, mon cadet, qui lui couvrait tout juste le haut du crâne.

  • As-tu quelque chose que tu aimerais essayer mais que tu n’oses pas ? Pourquoi ?

Il y a une activité qui me tenterait beaucoup en ce moment : la broderie. J’ai pu voir les résultats des cours en ligne sur le site Artesane, animés par la brodeuse Martine Biessy : j’y vois des tas d’applications, autant en couture qu’en bijouterie et pour moi qui aime dessiner, ce serait l’activité parfaite… pourquoi alors je n’ose pas ? Parce que je sais que je vais adorer et que je n’ai simplement pas le temps pour ça en ce moment ! Mais je me le garde dans un coin de la tête…

  • Où trouves-tu ton matériel ? Boutiques physiques ? Internet ?

En boutique physique, je me sers chez Fifi Jolipois, pour une bonne partie de mon matériel perlerie depuis que j’ai mis les pieds dans la jolie ville rose (j’ai essayé de me rappeler l’année de l’ouverture de la première version de la boutique, mais je n’ai pas  assez de mes deux mains pour les compter).

On a aussi la chance d’avoir une boutique la Droguerie qui propose un arc-en-ciel de laine et de boutons pour égayer tous les ouvrages et dont les conseillères sont toujours au top !

Je vais sur internet essentiellement pour l’achat de tissus, car il n’y a que très peu d’offre dans ce domaine sur Toulouse. Le plus gênant et de ne pas pouvoir toucher la matière, mais je sais que chez France Duval, Motif Personnel ou Cousette, je ne suis jamais déçue.

Et pour tous les autres achats (papier / outillage / apprêts), je vais faire mes emplettes sur le site Perles & Co.

  • As-tu un coin atelier chez toi, ou créés-tu dans ton salon ?

J’ai un coin atelier qui a pris place dans mon bureau (enfin, pour être plus honnête, mon bureau essaie de garder une place dans mon atelier). Ça, c’est pour la partie couture, tissus, bobines, patrons et boutons…

Pour le reste, mon atelier tricot a envahi le séjour, mon atelier perles s’est installé dans la salle à manger et il m’arrive de faire un peu de papeterie dans la cuisine…

Je crois que je me suis étalée partout… d’ailleurs, à cet instant précis, alors que mon mari est en train d’aménager le garage, je suis en train de me dire : quelle activité supplémentaire vais-je pouvoir y installer ?

  • Qu’est-ce que tu aimerais essayer dans les prochains mois en matière de DIY ?

Certainement la calligraphie… c’est une activité que je pratiquais au Lycée, avec plumes biseautées, encriers et cachets de cire (je suis née dans un bastion d’une cité médiévale, forcément, ça laisse des traces). On voit revenir le lettrage au goût du jour… ce que j’aime dans cette activité, c’est qu’elle permet de jouer avec des papiers, tampons, craies et autres accessoires.

Sans compter que c’est une pratique qui peut s’avérer nomade : tablette et stylet me suivent partout dans la journée !

  • 5 questions éclair :
    • Ta couleur préférée ? ça, c’est LA question qui me fait bugger… je peux rester bloquée devant mon nuancier Pantone… dommage, c’était la première question. On continue quand même ? :)
    • Plutôt thé ou café ? thé (heureusement, vous n’avez pas demandé le parfum, sinon, ça faisait comme pour la couleur)
    • Plutôt papier ou laine ? laine, quand elle est douce (Paulette, ce message est pour toi !)
    • Plutôt ciseaux ou cutter ? ciseaux … bien sûr au pluriel car il y a ceux de la couture, ceux du tricot, ceux du papier, ceux du tissage, ceux de la cuisine (au moins 3 paires selon l’usage)  …
    • Pour toi le DIY, c’est… ? la cerise sur le gâteau de n’importe quelle journée ? ma soupape de sécurité ? ma nicotine ? mon psy ? je crois que c’est tout ça à la fois !
  • Où peut-on te retrouver ?
  • Et pourquoi “Mon Petit Bazar” ?

Je pense que ma réponse à la question sur la localisation de mon atelier répond en partie à celle-ci 😉

Mais sinon, j’ai créé mon blog alors que je me lançais dans la couture, en même temps que la construction d’une maison, un changement d’emploi alors que mon deuxième bébé venait de voir le jour. Comme j’ai toujours dit « Mon petit bazar » est un euphémisme, en fin de compte !

Merci Karen d’avoir répondu avec autant de franchise à notre petite interview ! Si cela vous a donné l’envie de découvrir l’univers de Mon Petit Bazar, nous vous invitons à la suivre sur Instagram en attendant de voir ce qu’elle nous prépare pour la semaine prochaine…

► Cet article vous a plu ? On veut tout savoir dans les commentaires ou via nos réseaux sociaux !

Did you enjoy this article? Please, let us know in the comments or via our social networks.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *