Tissage de printemps

Pour une déco Kinfolk, opte pour l’option tissage mural avec l’incorporation d’éléments naturels. Nathalie a choisi ce style de décoration très en vogue pour sa création « Wall hanging » du jour. Chaleur et authenticité… on pense instantanément à une maison de campagne de vacances pleine de charme. Et le truc bien sympa, c’est qu’on recycle par la même occasion nos chutes de laines. Découvre vite les étapes de création ci-dessous :

Ça y est le printemps est là ! Depuis quelques semaines déjà, les arbres se colorent de teintes pastels, du rose, du blanc du vert tendre et le soleil est bien décidé à être de la partie.

En balade dans ma forêt girondine, l’air est chargé de senteurs fleuries et boisées et j’ai eu la chance de tomber sur plusieurs bouleaux tombés au sol depuis un moment et dont l’écorce se détachait très facilement. Je ne pouvais décemment pas laisser le tout sur place, j’en ai rapporté quelques morceaux à la maison et j’ai eu envie d’en intégrer à un tissage.

J’ai choisi de travailler ce tissage sur un cadre. J’ai pris un châssis normalement conçu pour les tableaux. Ce montage en bois est particulièrement solide puisqu’il est censé tenir une toile très bien tendue. Pour créer la base de mon métier, j’ai cloué des petits clous avec des têtes larges. J’ai laissé 1cm entre chaque clou.

Ensuite il s’agit de monter le fil de chaine. Un coton très solide est indispensable car il faudra le tendre au maximum pour avoir une base de tissage agréable à travailler. Je débute par un double nœud et je fini également par un nœud double. Un point de colle chaude sur chaque noeud permettra de bien maintenir le tout en fin de tissage.

Je n’allais pas pouvoir faire tout mon tissage avec l’écorce de bouleau. J’aurais besoin de quelques morceaux de jolies laines pour mixer les matières sur mon projet.

Le tissage sur le châssis se fait comme sur un métier à tisser traditionnel. La laine passe sur et sous le fil de trame. Au rang suivant on inverse et on utilise le peigne pour faire remonter les rangs harmonieusement.

Insérer un morceau d’écorce est super simple. Tout comme la laine il suffit de passer le bois sous et sur les fils de trame. Si l’écorce accroche un peu, utilisez une aiguille pour soulever ou baisser les fils et faciliter le passage. J’ai choisi de laisser dépasser un peu l’écorce sur le cadre pour rythmer la réalisation.

En cours de tissage j’ai eu envie de rajouter une nouvelle matière. Mais laquelle ? Pas très loin de mon bureau j’ai mon tiroir de chutes de papier de scrap. Pourquoi pas ! Je coupe des bandes de papier pas trop large et tout comme l’écorce je les glisse entre les fils.

Pour ce nouveau tissage j’ai aussi eu envie de laisser des endroits vides, ce qui donne beaucoup de légèreté à l’ensemble. J’hésite à laisser l’étiquette sur le tissage, je l’aime beaucoup mais je trouve qu’elle prend un peu trop le pas sur la réalisation. L’idéal serait de faire un triptyque ! Garder celui-ci tel quel avec l’étiquette et en faire deux autres sans !

Qui se lance et nous montre ?

► Matériel utilisé : 

Laine Paulette 100% baby alpaga coloris Blanc naturel Réf : MNI-P13

Laine Paulette 100% baby alpaga coloris dahlia Réf : MNIP-08

Laine Paulette coloris charbonneux Réf : MNIP-10

Chutes de papier scrap dans les teintes du projet

► Cet article vous a plu ? On veut tout savoir dans les commentaires ou via nos réseaux sociaux !

Did you enjoy this article? Please, let us know in the comments or via our social networks.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.